Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
manga-player.net

manga-player.net

Magazine en ligne dédié aux mangas, aux animes et aux jeux vidéo

Love Me Tender

Love Me Tender est un manga josei signé Kiki, chez Taifu comics et prépublié en tant que yaoi dans le magazine Rutile.

L’histoire

Sae a beau être mannequin, sa vie est loin des contes de fée des magazines : pas de palace ou de limousine, mais un squat chez un ami et les jours de boulot qui s'enchaînent jusqu'à ce qu'il se retrouve finalement à la rue, écumant les petites annonces immobilières. C'est là qu'il fera la rencontre de la charmante Naoyuki, qui lui propose d'emblée une colocation chez elle, histoire de l'aider à supporter les frais d'un bel appartement. Mais loger avec une jolie fille ne risque-t-il pas de créer des embrouilles ? En réalité, Naoyuki est un garçon, plus à l'aise en talons et robe à fleurs qu'en chemise de bûcheron mais l'ambigu jeune homme ne renie nullement son chromosome Y. Voilà donc Sae avec un nouveau logement, profitant alors de l'aubaine pour y convier son collègue et ami Kazuki, lui-même en pleine détresse immobilière. Petit problème : Kazuki est l'ami d'enfance de Naoyuki et leur dernière rencontre ne s'étant pas vraiment bien terminée, l'arrivée du jeune homme ne se fera pas sans heurt, et encore, ce n'est que les débuts des ennuis...

 

 

Relations sans frontières

La première chose que l'on remarque en ouvrant un volume, c'est la sobriété extrême des dessins, particulièrement fins et délicats, bien loin de la luxuriance florale d'un shôjo. Ici, pas de risque de dessin surchargé qui donne mal à la tête, le tout est particulièrement aéré, les personnages élancés, éthérés, élégants. La palme revenant à Sae, ambigu et mystérieux, ne s'embarrassant d'aucun principe contraignant pour gérer sa vie amoureuse. En effet, ici, l'amour se veut sans barrière, sans a priori, sans tabou. Fille, garçon, pourquoi se poser autant de questions inutiles quand seule l'attirance devrait être écoutée ? Voilà la philosophie toute simple du beau mannequin, virevoltant d'une aventure à une autre, sans attache. Au détriment parfois de ses prétendant(e)s qui ne savent pas trop quelle importance ils ont à ses yeux. La vision de l'amour selon Sae et ses compagnons d'aventure est donc plutôt rafraîchissante dans un médium préférant souvent plutôt insister sur les mêmes clichés (amour torturé car interdit, etc.). Ici, c'est même carrément à l'explosion des clichés qu'on assiste car l'amour selon Sae, s'il n'est pas conventionnel, n'a rien de torturé, de caché ou de honteux : il le vit avec humour et légèreté, sans se poser de question, sans insister lourdement. Et le travestissement de Nao n'est en rien vu comme de la perversité ou de la féminité mal assumée, c'est simplement un homme qui se sent plus à l'aise avec des fringues féminines que masculines tout en n'ayant pas le moindre doute sur son identité. Impossible alors de prévoir qui craque pour qui, qui va draguer qui puisque tout est possible, dans un joyeux foutoir où de nouveaux personnages apparaissent régulièrement pour pimenter encore un peu plus les choses.

 

 

Amour sans tabou ?

Certes, l'accumulation de personnages à la vision si débridée de l'attirance amoureuse peut finir par agacer, perdant quelque peu en vraisemblance. Mais la mangaka ne cherche ici que la légèreté, le divertissement, sans se poser de question. Même si cette légèreté n'exclut pas l'ajout dans la discussion de sujets plus douloureux comme le rejet des autres ou les familles disloquées. Mais cette légèreté revendiquée n'a peut-être pas non plus que des avantages car elle empêche finalement l'évolution des choses, des personnages. Aucun ne s'engage vraiment, rien ne change profondément malgré les bouleversements provoqués par l'arrivée des uns et des autres. De plus, la mangaka semble frileuse à montrer les débordements d'amour physique (ne serait-ce qu'un simple baiser) entre ses personnages alors qu'elle ne cesse de leur prêter des aventures sentimentales sans tabou. Pourquoi donc ? A-t-elle peur de casser la petite magie qui entoure leurs aventures en les rendant bassement terre-à-terre, physiques, de manière trop directe ? Ne se sent-elle pas capable de rendre les choses aussi sensuelles qu'elle le laisse imaginer, craint-elle de tout gâcher ? Aucune idée mais c'est un peu étonnant que dans un manga où chaque personnage est capable de tomber amoureux d'un autre sans tabou, la moindre scène de baiser est coupée, cachée, dérobée...

 

 

Tout de même, Love Me Tender est un josei charmeur, aussi drôle que léger, proposant des personnages hauts en couleurs, exubérants, attachants, dégageant énormément de tendresse, prompts à se mettre dans des situations cocasses et décomplexées. Et s'ils ont du mal à évoluer, on notera tout de même que ce problème touche surtout Sae, Naoyuki et Kazuki ayant quand même leur part de questionnements et d'événements inattendus. Peut-être Sae sert-il alors juste de catalyseur, électron libre au charme ravageur permettant aux autres de se révéler à eux-mêmes ?

 

 

Cortana, travaille avec beaucoup de paperasse, ce qui n'est pas vraiment jubilatoire. Dans ses temps libres, elle se plonge volontiers dans les animes, mangas et les séries TV. Elle aime écrire des histoires et dessiner de temps en temps, le tout avec une tasse de thé pour l’aider à se détendre. Sa faiblesse avouée, les méchants sociopathes, qui sont souvent ses personnages préférés.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article