Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
manga-player.net

manga-player.net

Magazine en ligne dédié aux mangas, aux animes et aux jeux vidéo

Dororo

Le legs d’Osamu Tezuka continue d’exciter la production japonaise. Ici, c’est le studio MAPPA donne une seconde jeunesse à Dororo, l’un des classiques du maître imaginé en 1967.

 

 

L’histoire

Durant l'époque Sengoku, Hyakkimaru, un adolescent de 16 ans dont 48 parties du corps sont offertes à 48 démons au moment de sa naissance. Son père, le seigneur Daigo, a conclu par le passé un pacte avec eux afin de devenir un puissant seigneur au domaine prospère en échange de ce qui lui appartient. A la vue de son héritier nouveau-né, il ordonne son exécution et tente de convaincre son épouse à une nouvelle grossesse. Contre toute attente, la sage-femme prend la décision d'abandonner le bébé au fil de la rivière en priant que Bouddha lui offre sa protection. Le nourrisson est recueilli par un médecin au passé trouble qui décide de l'élever et le soigne en remplaçant par des prothèses, les parties manquantes du corps de Hyakkimaru. À la suite d'évènements, il lui enseigne la pratique du sabre et modifie ses bras afin d’y dissimuler des sabres, afin qu'il puisse se défendre contre ses potentiels ennemis. Né sans peau, sans visage, sans membres, sans nerfs et colonne vertébrale, ni sens sensoriels, Hyakkimaru n'a de parties humaines que sa tête et son tronc. Sourd et aveugle, il voit son environnement grâce aux restes de flammes démoniaques laissés par les démons qui lui permet ainsi de voir l'âme des choses.

 

 

Comme l’a avoué Osamu Tezuka, Dororo est un « enfant » de Kitaro le repoussant. On retrouve donc un monde dragué par les yôkai, mais avec une fibre samouraï plus forte, pour accompagner la dramaturgie et l’humour acide du maître. Si la série de 2019 ne fait pas honneur à la fourberie chère à Osamu Tezuka, le studio MAPPA dresse une adaptation moderne d’un excellent niveau. Pour ce faire, la production n’hésite pas à piocher dans le manga d’origine évidemment, mais aussi dans les précédentes adaptations anime, signées de la légende Gisaburo Sugii. En 2019, à l’instar de son opening memorial signé Takeshi Koike, le réalisateur Kazuhiro Furuhashi ne prend pas l’héritage à la légère. Il a prouvé sa maîtrise sur des programmes mêlant combats à l’épée, grande histoire et exigence technique (Le Chevalier d’Eon, Kenshin, Gundam UC). Son Dororo est donc très beau, régulier dans son charme, proposant des combats raffinés, avec une touchante alchimie entre Dororo et Hyakkimaru. Le plus gros virage se trouve logiquement dans la forme. En ce sens, Dororo fait peau neuve, avec le mangaka Hiroyuki Asada (I’ll, Letter Bee) au character design et Mari Fujino aux des décors époustouflants de beauté. Ce choix ne bannit absolument pas les gueules cassées de Tezuka et ajoute un coup de polish agréable dans la plastique des protagonistes.

 

 

En parallèle à cette ligne de conduite, Dororo se permet quelques folies. La plus importante, à mi-parcours, est de donner un masque à Hyakkimaru (la première chose qu’il gagne est un visage). Ci et là, la série s’émancipe un peu du modèle (l’ordre de la trame est aussi bousculé), mais il sera très intéressant de voir la conclusion, celle d’Osamu Tezuka ayant laissé quelques questions en suspens. Pour rappel, la version TV de 1969 était aussi sortie des épisodes originaux. Précisons enfin que ce nouvel anime s’accompagne d’un autre remake, en version manga cette fois-ci, et c’est Satoshi Shiki (Kamikaze, L’Attaque des Titans : Before the Fall) qui s’y colle avec un réel panache.

 

 

Avec une intrigue travaillée, prenante du début à la fin. Des personnages attachants, une animation et une bande son réussies, Dororo est un bel hommage pour les 50 ans du manga original.

 

 

Cortana, travaille avec beaucoup de paperasse, ce qui n'est pas vraiment jubilatoire. Dans ses temps libres, elle se plonge volontiers dans les animes, mangas et les séries TV. Elle aime écrire des histoires et dessiner de temps en temps, le tout avec une tasse de thé pour l’aider à se détendre. Sa faiblesse avouée, les méchants sociopathes, qui sont souvent ses personnages préférés.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gwen 04/12/2019 11:29

Le manga de Satoshi Shiki est disponible en français ou pas ?

Manga-Player 04/12/2019 16:11

Pas à notre connaissance mais nous n'hésiterons pas à en parler le cas échéant