Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
manga-player.net

manga-player.net

Magazine en ligne dédié aux mangas, aux animes et aux jeux vidéo

Monster

Manga de Naoki Urasawa prépublié dans le magazine Big Comic Original de l'éditeur Shōgakukan entre décembre 1994 et décembre 2001. Monster est un seinen comptant 18 volumes, intégralement publié en France aux éditions Kana.

 

L’histoire

1986, Düsseldorf, Allemagne. Tout sourit à Kenzo Tenma : étudiant boursier venu du Japon, est devenu un brillant neurochirurgien à l’Hôpital Mémorial Eisler, grâce à sa dextérité hors du commun. Il est également fiancé à la jolie Eva Heinemann, fille du Directeur de l’Hôpital, tandis que ses collègues l’admirent ou le jalousent. Mais derrière cette situation quasi idyllique, Tenma dissimule une personnalité hantée par le doute. Alors qu’il aurait dû prendre en charge un modeste artisan d’origine étrangère, arrivé aux urgences, il accorde la priorité à une personnalité médiatique arrivée juste après. Confié à un chirurgien moins doué, le travailleur immigré meurt. Tenma, lui, reçoit des félicitations publiques. Pour Eva et le directeur Heinemann, pas de problème : « chaque vie n’a pas le même prix ». Tenma comprend que le renom et la situation financière de l’hôpital passent avant la vie des patients. Peu de temps après, Tenma se retrouve confronté au même dilemme. Aux urgences arrivent deux enfants, des jumeaux, le petit Johann blessé à la tête par une balle, et Anna en état de choc. Leurs parents adoptifs ont été assassinés. Quelques minutes plus tard, le maire de Düsseldorf est amené, victime d’une attaque cérébrale. Mais cette fois, il résiste aux pressions. Persuadé de pouvoir sauver l’enfant, Tenma décide de tenter l’opération que tous jugent impossible. Il désobéit aux ordres, et confie le maire à une autre équipe. L’enfant survit, pas le maire… Pour la direction de l’hôpital c’est une catastrophe. Tenma est sanctionné, et Eva le quitte. Quelques jours plus tard, le directeur Heinemann et deux autres cadres de l’hôpital sont retrouvés morts, empoisonnés. Dans le même temps, le petit garçon se réveille, et s’enfuit de l’hôpital, avec sa sœur. La police soupçonne un assassinat politique : les parents adoptifs étaient des réfugiés d’Allemagne de l’Est. Mais l’enquête n’aboutit pas, et avec le temps l’affaire est abandonnée.

 

1995. Kenzo Tenma est devenu chirurgien en chef de l’Hôpital Mémorial Eisler. Il opère avec succès un cambrioleur, renversé par une voiture. Le commissaire Runge, de la police fédérale, révèle à Tenma que ce cambrioleur est impliqué dans une affaire de meurtres en série, dont le point de départ serait l’affaire des jumeaux, en 1986. Plusieurs couples ayant adopté des enfants originaires d’Allemagne de l’Est ont été retrouvés assassinés, les enfants ayant chaque fois disparu… Tenma fait le rapprochement, et devine que Johann, l’enfant qu’il a sauvé neuf ans plus tôt, est le monstre qui se cache derrière cette ténébreuse affaire…  Selon le commissaire Runge, c’est Tenma lui-même qui est le principal suspect. Bouleversé par cette révélation, et poursuivi par la police, Tenma décide de retrouver Johann, pour prouver son innocence.

 

 

L’un des points fort de l’œuvre de Naoki Urasawa est que nous sommes immédiatement happés par cette histoire. Lecteur de polars et de thrillers, nous retrouvons dans Monster tous les ingrédients que l’on recherche dans ce genre d’intrigue :

- un personnage auquel nous nous projetons par ses choix, au cœur d’une affaire qui le dépasse

- un « antagoniste » charismatique, séduisant et terrifiant à la fois

- une affaire aux multiples facettes, à la fois enquête policière, thriller, et récit d’espionnage

- un background historique

- une galerie de personnages réalistes, attachants et complexes, dont les motivations différentes les font agir chacun selon des choix cohérents

- un suspense terrible, qui distille les révélations au compte-goutte, et réserve de nombreuses surprises et retournements de situation.

 

Autre point intéressant, nous nous amusons à relever de nombreux clins d’œil, parfois explicites, à des personnages de films, de séries ou d’autres mangas bien connus. Par exemple, l’hommage est explicite avec la série Pluto, directement adaptée d’un épisode d’Astroboy ; mais le personnage de Kenzo Tenma apparait comme un premier hommage explicite à Osamu Tezuka :

- c’est un chirurgien de génie, capable de réussir les opérations les plus délicates

- il place l’intérêt des patients au-dessus de toute considération de carrière, ce qui le met à l’écart d’une société matérialiste et égoïste – en cela, Kenzo Tenma est un successeur de Black Jack

- Il s’appelle Tenma, comme le savant mystérieux, « père » inventeur d’Astroboy.

 

 

Un autre personnage de Monster est peut-être une référence directe à Tezuka. Il s’agit du docteur Leichwein, soutien indéfectible de Tenma, qui ressemble un peu trop au « professeur Moustache », personnage récurrent dans l’œuvre de Tezuka, pour que ce ne soit qu’une simple coïncidence. D’une façon plus générale, nous abordons dans Monster de nombreux thèmes que nous retrouvons dans les mangas de Tezuka : humanisme, pacifisme, antiracisme, non-violence, foi en la science vecteur de progrès, dénonciation de la corruption. La question de l’antiracisme n’est pas du tout secondaire dans Monster : Tenma est un étranger, et à plusieurs reprises il trouvera aide et compréhension auprès des communautés immigrées, notamment les turcs. En situant son histoire en Allemagne contemporaine, Naoki Urasawa place son intrigue dans un contexte politique et historique chargé, impliquant d’anciens services secrets de l’ex-RDA ou de la Tchécoslovaquie, mais aussi des mouvements nostalgiques du IIIème Reich. Nous n’en dirons pas plus pour ne pas dévoiler le mystère, mais certains épisodes font directement écho à ce passé trouble.

 

Cela dit, l’intrigue de Monster demeure avant tout policière, et fait penser immédiatement à la série américaine le Fugitif. Le docteur Tenma renvoie en effet au docteur Kimble, accusé à tort de meurtre, et qui, pour prouver son innocence, se retrouve sous les feux croisés de la police et des vrais coupables. Le manga fait également référence à la Mort aux Trousses, et à l’Homme qui en savait trop, deux films d’Alfred Hitchcock. La police est incarnée par le fascinant commissaire Runge (qui ressemble énormément à l’acteur Martin Landau, de Mission Impossible, tandis que le « monstre » est incarné par un jeune homme au visage angélique, l’énigmatique Johann. Et comme une bonne vieille série télévisée policière, Monster multiplie les chapitres qui sont autant de nouvelles intrigues parallèles, avec de nouveaux personnages secondaires et pléthore de rebondissements. Ces épisodes sèment autant de fausses pistes que de vraies révélations, et un des grands plaisirs que nous éprouvons à la lecture du manga est le sentiment de se perdre dans un labyrinthe de suppositions, d’hypothèses, de complots et de mensonges. Il faut accepter ce principe pour bien apprécier l’oeuvre.

 

 

Le rôle des enfants est également au centre de Monster. Il n’y a pas seulement les jumeaux. A tort ou à raison, nous n’avons pas pu nous empêcher de penser à certains films fantastiques, comme le Village des Damnés, par exemple. Ou encore au livre d’Henry James, le Tour d’Ecrou (roman psychologique aux lisières du fantastique, où deux enfants orphelins sont sous l’emprise d’adultes maléfiques).

 

Le dernier point qui séduit, et qu’il faut évoquer, ce sont les décors. L’Allemagne, puis la République Tchèque telles que les dessine Urasawa, apportent une dimension quasiment gothique à l’atmosphère déjà noire de Monster. Quartiers aux ruelles sombres, maisons anciennes aux escaliers qui grincent et aux portes mystérieusement closes, montagnes, châteaux, villas et villages sont autant de décors fortement connotés et propices à l’angoisse et au cauchemar. Prague est notamment un décor idéal pour faire travailler l’imagination.

 

C’est finalement à cause de cet ensemble d’ingrédients parfaitement dosés, que l’on retrouve généralement dans les romans et les films policiers, d’espionnage ou de fantastique, qui font que Monster est un excellent manga. Urasawa est un formidable conteur, et il le prouve une nouvelle fois d’une main de maître.

 

Mesekiel, est tombé dans la culture japonaise très jeune et tente au mieux de partager sa passion. Après des années investis dans ce domaine, il est devenu un connaisseur avec une liste soigneusement classée de livres et d’animes dévorés.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article